Vous n'êtes pas identifié.Connexion
 

Conseiller.ère en économie sociale et familiale

Principales activités

Les actions socio-éducatives que mène ce.cette travailleur.euse social.e, favorisent l'autonomie et la sociabilité des personnes isolées, familles ou groupes en difficulté. Pour aider ces publics à résoudre leurs problèmes de vie quotidienne, il.elle met en place des actions collectives : cours de cuisine, soutien scolaire, rencontres entre habitant.e.s d'un même quartier.

Par ses actions, il.elle contribue à la prévention de l'exclusion sociale.

Logement, alimentation, santé, gestion des ressources sont autant de domaines dans lesquels il.elle exerce ses compétences techniques.

Conditions d'exercice

Ce métier s'exerce en collaboration avec des assistant.e.s de service social, des éducateur.trice.s dans les services sociaux des communes et des départements et au sein des caisses de sécurité sociale et des caisses d'allocations familiales. Mais ces professionnel.le.s interviennent aussi dans des secteurs plus spécialisés tels que les hôpitaux, les offices HLM, les associations d'aide à domicile, d'accueil aux migrants, les établissements et services accueillant des personnes handicapées ou inadaptées ou encore dans les associations de consommateurs.

Ils.Elles peuvent aussi exercer au domicile de la personne aidée.

Compétences attendues

Outre une aisance relationnelle, ce métier requiert un intérêt pour les problèmes économiques et sociaux et pour les aspects techniques et pratiques de la vie quotidienne ainsi que les questions d'environnement. Se sentir à l'aise en situation d'animation constitue un atout.

Certification

Le diplôme d'Etat de Conseiller.ère en économie sociale et familiale est requis pour exercer ce métier. Il s'obtient en 1 an après l'obtention du BTS économie sociale et familiale.

Passerelles vers d'autres métiers

Après quelques années d'expérience divers postes de responsabilité ou d'encadrement sont ouverts, notamment ceux de responsable de circonscription d'action sociale ou de conseiller.ère technique dans la fonction publique territoriale ou encore, responsable d'unité socio-éducative dans la fonction publique hospitalière.

Les Conseiller.ère.s en Intervention d'action sociale peuvent, après une formation particulière, exercer en tant que médiateur.trice familial.e, délégué.e de tutelle ou conseiller.ère conjugal.e et familial.e.

Formations supérieures accessibles :

  • Après 3 ans de pratique : Deis (Diplôme d'Etat d'Ingénierie sociale).
  • Après 3 années d'encadrement : Cafdes (Certificat d'aptitude aux fonctions de directeur d'établissement social), Dsts (Diplôme supérieur en travail social), Caferuis (Certificat d'aptitudes aux fonctions d'encadrement et de responsable d'unité d'intervention sociale).

Rémunération

Le salaire varie selon le secteur d'activités, la convention collective, l'ancienneté et la fonction exercée.

La rémunération et la carrière dans le secteur public relèvent de textes réglementaires.

A titre d'exemple, les salaires bruts dans la Fonction publique territoriale (primes non comprises) sont en 2017 de :
1 626,05 € en début de carrière
2 727,27 € en fin de carrière

Dans la Fonction publique hospitalière les salaires bruts (primes non comprises) sont en 2017 de :
Conseiller.ère en économie sociale et familiale de classe normale  :
1er échelon : 1 626,05 €
Fin de grade :  2 478,91 €

Conseiller.ère en économie sociale et familiale de classe supérieure :
1er échelon : 1 855,67 €
Fin de grade :  2 727,27 €

Sources

                                                                                                                                              

                                                                                                                                              Fiche mise à jour en août 2018

 
Fond Social Européen et Union Européenne République Française Région Occitanie